Communiqué de presse
23-05-02

Résultats 1er trimestre 2002

Premier trimestre 2002

  • BÉNÉFICE NET PART DU GROUPE : EUR 397 MILLIONS (+18,9% VS T4 2001)
  • BÉNÉFICE NET PAR ACTION : EUR 0,343 (+17,1% VS T4 2001)
  • ROE ANNUALISÉ 4 : 20,1% (17,6% AU T4 2001)

Volumes d'activité en hausse dans tous les métiers du groupe

EUR millions
1er trim. 2002
4ème trim. 2001
Evolution
Evolution Sous-jacente
1er trim. 1 2001
Evolution
Produit Net Bancaire
1 333
1 403-
- 5,0%
6,8%
1 109
+20,2%
Charges d'exploitation
-797
-941
-15,3%
-5,4%
-536
+48,7%
Coût du risque
-29
-118
-75,4%
-73,1%
-28
+3,6%
Résultat d'Exploitation
507
344
+47,4%
+6,9%
545
-7,0%
Corrections de valeur sur port. invest. à LT
33
-47
ns

52
-34,6%
Amortissement du Goodwill
-13
-13
0%

-12
+8,3%
Impôts
-117
-23
0%

-12
+8,3%
Résultat des entreprises m.e.e
19
15
+26,7%

10
+90,0%
Dotation (-) ou reprise (+) au FRBG
-5
85
ns

-6
-16,7%
Intérêts minoritaires
28
28
0%

15
+86,7%
Résultat net part du groupe
397
334
+18,9%
+3,4%
376
+5,6%
Après reclassements comptables de l'activité de location financière (aux T1 et T4 2001) et des primes sur carnets de dépôts (au T1 2001) Hors éléments exceptionnels et non récurrents; aucun changement de périmètre n'est intervenu entre T4 01 et T1 02, excepté la participation dans Dexia Crediop, passée de 60% à 70% en 2002 Au 1er Trimestre 2001, Artesia, Kempen, Financière Opale et Ely Fund Managers, Dexia Sabadell et OSM n'étaient pas dans le périmètre; l'évolution sous jacente par rapport au « pro-forma » incluant ces acquisitions aurait été respectivement : PNB -6,0% ; Frais Généraux +0,3% ; Coût du Risque -37,1% ; Résultat d'exploitation -12,8% ; Résultat net part du groupe +2,2%. Du fait que ni Artesia ni Financière Opale n'ont procédé à un arrêté de leurs comptes au 31 mars 2001, le 1er Trimestre 2001 « pro forma » pour ces deux sociétés a été considéré comme étant 50% de leurs résultats du 1er semestre 2001.

Le Conseil d'Administration de Dexia s'est réuni le 23 mai 2002. Il a arrêté les comptes du groupe pour le 1er trimestre 2002 et pris acte de la progression continue de l'activité et des résultats du groupe Dexia. En les commentant, Pierre RICHARD, Administrateur Délégué et Président du Comité Exécutif, a déclaré :

« Dexia a une fois de plus été en ligne avec ses objectifs en réalisant une nouvelle progression de son résultat. Ceci a été rendu possible, tout d'abord, grâce à la stratégie d'équilibrage de notre portefeuille d'activités. Ainsi, nous nous réjouissons de l'excellente performance réalisée par le premier métier du groupe au cours de ce trimestre, alors que dans le même temps, les deux autres métiers commerciaux ont continué à subir les effets d'une conjoncture peu porteuse. En second lieu, la maîtrise des coûts, qui constitue l'une de nos deux priorités stratégiques pour 2002, a été résolument engagée : les efforts entrepris ont produit des effets déjà très substantiels au premier trimestre, et ils se poursuivent. Enfin, la réduction considérable du coût du risque -qui revient à un niveau habituel pour Dexia- traduit la détermination du groupe de maintenir un profil de risque spécialement faible et distinctif par rapport à la profession. L'intégration d'Artesia, notre seconde priorité stratégique pour 2002, se poursuit activement. Elle est maintenant irréversible, la fusion juridique étant intervenue en avril, et les effets qui en sont attendus commencent déjà à être constatés. »

I Nouvelle progression du résultat net part du groupe au 1er trimestre 2002

Le Bénéfice net part du groupe du 1er trimestre 2002, à EUR 397 millions, s'est inscrit en hausse de 18,9% par rapport à celui du 4ème trimestre 2001. Hors éléments exceptionnels, l'évolution a été de +3,4%. Ce résultat très honorable résulte notamment d'une évolution d'ensemble favorable de l'exploitation sous-jacente.

Le Produit Net Bancaire, à EUR 1 333 millions, a marqué un recul de -5,0% par rapport au 4ème trimestre 2001. Hors revenus à caractère exceptionnel ou non récurrent, la décroissance a été de -6,8%. Cette baisse de revenus s'explique notamment par l'atonie des marchés qui a touché les métiers de bancassurance et de gestion financière, et elle s'inscrit également dans le contexte spécifique des intégrations en cours en Belgique et aux Pays Bas.

Les charges d'exploitation se sont élevées à EUR 797 millions, et ont fortement reculé par rapport à celles du 4ème trimestre 2001 (-5,4% hors charges à caractère exceptionnel). Ceci traduit le résultat d'une action déterminée visant à contenir les frais généraux de l'année à un niveau inférieur, en valeur absolue, à celui de 2001, soit EUR 3 304 millions. A ce stade, l'objectif est donc dépassé.

La charge nette du risque s'est élevée à EUR 29 millions, en très forte diminution par rapport à celle du 4ème trimestre 2001 (-75,4%), et voisine de celle du 1er trimestre 2001 qui était de EUR 28 millions, alors même que le périmètre de consolidation était bien inférieur et n'incluait en particulier pas Artesia. Le taux de charge du risque, qui s'établit ainsi à 0,06% en base annuelle, revient donc dans la région des niveaux constatés historiquement chez Dexia, qui contrastent avec la moyenne de la profession bancaire européenne (0,53% en 2001).

Le Résultat d'exploitation s'est élevé à EUR 507 millions, soit une augmentation sous-jacente de 6,9% par rapport au 4ème trimestre 2001.

Les gains nets et corrections de valeurs sur immobilisations financières ont été de + EUR 33 millions au 1er trimestre 2002 du fait de plus-values dégagées notamment sur la vente de certaines participations non stratégiques, ainsi que sur le dénouement d'une opération provenant du portefeuille d'Artesia, et qui à elle seule a dégagé une plus value de EUR 15 millions.

La dotation au FRBG a été de EUR 5 millions, contre EUR 6 millions au 1er Trimestre 2001. Au 4ème trimestre, il avait été procédé à une reprise de EUR 85 millions, dans le contexte de l'intégration d'Artesia.

Le ROE (Rendement des Fonds Propres) s'est élevé à 20,1% en base annuelle. Il était de 17,6% au 4ème trimestre 2001 .

Le Bénéfice par action, à EUR 0,343 a connu une progression de + 17,1% par rapport au Bénéfice par action du 4ème trimestre 2001, qui était de EUR 0,293.

Le ratio de fonds propres durs (Tier One Ratio) du groupe s'établit à 9,3%, inchangé par rapport à ce qu'il était à fin 2001.

(Si le goodwill relatif à l'offre publique d'échange sur les actions de Dexia-BIL (en 1999), aux acquisitions de FSA et Labouchere (en 2000), et à celles de Artesia BC, Kempen&Co et Groupe Financière Opale (en 2001) était porté à l'actif du bilan et amorti sur 20 ans, le ROE se serait élevé à 10,1% au 1er Trimestre 2002, et à 8,4% au 4ème Trimestre 2001.)

II Activité et Résultats des Métiers

Ces résultats sont intervenus dans le contexte général d'une économie en ralentissement et de marchés incertains et peu porteurs. Deux des métiers du groupe, les Services Financiers de Proximité et la Gestion d'Actifs Financiers en ont subi la pression. Les autres, au contraire, y ont été insensibles et ont même enregistré des progressions très satisfaisantes. L'impact des fluctuations de conjoncture est donc, chez Dexia, fortement atténué par la nature même de ses métiers et leur poids relatif dans le portefeuille global des activités du groupe.

  • Dans le premier métier, l'activité a été de très bonne tenue. L'encours des financements à long terme s'est élevé à EUR 123,4 milliards à fin mars 2002, en augmentation de +8,0% sur 12 mois . Dans le secteur public local, la progression a été constatée dans tous les marchés où le groupe opère, mais plus particulièrement aux USA (+38,7%) et en Italie (+11,5%). L'encours des financements de projets et de grandes entreprises a aussi progressé (+4,5% en un an, hors Artesia) pour atteindre EUR 14,3 milliards. Parallèlement, l'encours de crédits à court terme s'est établi à EUR 15,4 milliards (+14,5% par rapport à fin 2001). Par ailleurs, l'encours de dépôts et d'avoirs gérés de la clientèle du métier a aussi progressé fortement (+5,7% depuis la fin 2001) pour atteindre EUR 17,3 milliards. L'activité d'assurance, notamment des personnels fonctionnaires publics locaux, conduite par Dexia-Sofaxis, les A.P. Assurances, et Dexia Prévoyance, a également été en croissance, les primes du 1er trimestre 2002 étant supérieures de 3,1% à celles du 1er trimestre 2001. Enfin il faut noter l'excellente performance commerciale de FSA (Financial Security Assurance) : la valeur actuelle des primes brutes souscrites (activité municipale et ABS confondues) a été de USD 175 millions, à comparer aux USD 138 millions du 1er trimestre 2001, qui avait lui-même été un premier trimestre record. Cette croissance a été principalement réalisée sur le marché des obligations municipales américaines (+81,0% par rapport au 1er trimestre 2001), et dans une moindre mesure sur le marché des créances titrisées - Asset Backed Securities (+4,2%). Les synergies entre FSA et le reste du groupe se poursuivent : les capitaux assurés émanant d'opérations réalisées conjointement avec une autre entité Dexia s'élèvent au 31 mars 2002 à plus de USD 30 milliards générant des primes brutes en valeur actuelle de USD 150 millions.Dans la ligne de ces performances commerciales, les résultats du métier ont été de très bonne tenue. Ainsi, le résultat net part du groupe a progressé de + 9,3% par rapport à celui du 4ème trimestre 2001, et de + 21,2% par rapport à celui du 1er trimestre 2001, à périmètres courants.
EUR millions
1er Trimestre 2002
4ème Trimestre 2001 (1)
1er Trimestre 2001 (1)
PNB
467
467
311
Frais Généraux
-169
-176
-116
Coût du risque
-11
-40
-8
Résultat d'exploitation
287
251
187
Résultat Net pdg
200
183
165
ROEE
24,3%
23,2%
24,8%
  • Les Services Financiers de proximité ont supporté le poids d'un environnement médiocre et de l'attitude attentiste d'une clientèle peu portée à souscrire les produits à forte valeur ajoutée pour la banque. Par ailleurs, il convient de rappeler que le chantier d'intégration d'Artesia avec Dexia Banque a mobilisé les forces du groupe, et notamment focalisé l'attention des équipes sur leurs objectifs de réduction des coûts, ce qui a quelque peu pesé sur les revenus du métier. Dans ce contexte, ce qui a caractérisé l'activité commerciale réside principalement dans :
    • des taux d'intérêts se situant à un plus bas historique ; cette baisse n'a pas été répercutée sur les conditions de rémunération des carnets de dépôts (dont l'encours a légèrement progressé à EUR 19,9 milliards), réduisant par là même la marge sur cette catégorie de produits ;
    • cette même situation de taux influençant négativement les placements sous forme de comptes à terme au profit des Euro Obligations;
    • la mauvaise conjoncture boursière, qui a eu un effet très défavorable sur la production d'OPCVM et d'Assurance Vie en unités de compte.
  • Au total, l'encours des avoirs de la clientèle a néanmoins progressé, pour s'établir à EUR 80,8 milliards, soit +2,2% par rapport au 31 mars 2001, et +0,8% par rapport au 31 décembre 2001, traduisant l'attentisme de la clientèle. L'encours de crédits à la clientèle a quant à lui progressé de +6,6% sur un an, et de +1,8% sur un trimestre, pour s'établir à EUR 21,1 milliards.

Dans ces circonstances, les résultats du métier ont connu un recul, et ce malgré la bonne tenue des frais généraux qui ont baissé entre le 4ème trimestre 2001 et le 1er trimestre 2002. La rentabilité des fonds propres alloués a également été en recul par rapport à ce qu'elle était un an auparavant, vu notamment l'arrivée d'Artesia dans le périmètre.

EUR millions
1er Trimestre 2002
4ème Trimestre 2001 (1)
1er Trimestre 2001 (1)
PNB
403
426
292
Frais Généraux
-357
-358
-220
Coût du risque
-11
-9
-13
Résultat d'exploitation
35
59
59
Résultat Net pdg
34
38
43
ROEE
8,0%
8,4%
12,0%
  • Dans les Métiers de Gestion Financière (banque privée, gestion d'actifs, administration de fonds d'investissement, courtage et conseil en actions), les conditions commerciales ont également été globalement défavorables compte tenu de la mauvaise tenue des marchés actions au 1er trimestre 2002. Par ailleurs, le métier est engagé dans un important programme de réduction de ses coûts, dont les effets sont déjà très significatifs au 1er trimestre 2001, et se poursuivront conformément aux objectifs assignés.
    Enfin Dexia Bank Nederland, issue de la fusion de la Banque Labouchere et de Kempen&Co, travaille activement à son intégration. Celle-ci implique en particulier un plan de réduction d'effectifs - aujourd'hui approuvé par les partenaires sociaux - qui portera sur environ 400 emplois, soit près de 30% de l'effectif. Cette filiale est en outre actuellement confrontée à une difficulté portant sur les produits de « leasing d'actions », commercialisés aux Pays Bas par plusieurs établissements, dont l'ex-Banque Labouchere, sous la marque « Legio ».
    Il s'agit de plans d'épargne en actions cotées à la bourse d'Amsterdam, constitués à l'aide d'un financement à moyen terme gagé sur les actions acquises. L'encours total des financements sur ces produits s'élevait à EUR 4,2 milliards à fin mars 2002. Suite à la chute de la bourse d'Amsterdam, certains souscripteurs se trouvant avec une dette supérieure au montant de leurs avoirs ont entrepris de contester l'exécution de leur contrat. Au regard de cette situation, une provision forfaitaire de EUR 25 millions avait été dotée dans les comptes 2001 (portée à EUR 26,3 millions au 31 mars 2002). En outre, les contestations, relayées voire encouragées par des media consuméristes néerlandais, créent un climat qui entrave l'action commerciale de Dexia Bank Nederland.
    En termes d'activité, les différentes branches du métier ont donc connu des évolutions contrastées. Ainsi, l'encours d'avoirs de la clientèle de Banque Privée s'est établi à EUR 37,3 milliards à fin mars 2002, en très léger recul par rapport à l'encours existant à fin décembre 2001. Dans la Gestion d'Actifs, l'encours géré s'est élevé à EUR 86.4 milliards (+2,9% par rapport à la fin 2001), sa progression s'expliquant tant par un effet marché favorable que par une collecte nette positive. Dans la Gestion Administrative de Fonds, les capitaux de la banque dépositaire se sont élevés à EUR 125 milliards à fin mars 2002, et le nombre de transactions exécutées sur le trimestre a cru de 28% par rapport à ce qu'il était au 1er trimestre 2001. Le nombre de portefeuilles gérés en administration centrale a augmenté de 36% en un an. Enfin, les transactions exécutées en tant qu'Agent de transfert se sont élevées à 1,26 millions, soit 6% de plus qu'au 1er Trimestre 2001.
    Dans des circonstances de marché médiocres, et dans un environnement difficile aux Pays-Bas, les résultats du métier ont néanmoins progressé par rapport au 4ème trimestre 2001. Ceci a été possible grâce notamment au recul considérable des frais généraux (-10,5% en un trimestre), qui a été supérieur aux objectifs, pourtant très élevés, fixés en fin d'année dernière. La baisse des revenus sur le trimestre (EUR -32 millions) est, quant à elle, presque exclusivement concentrée sur Dexia Bank Nederland (EUR -29 millions).
EUR millions
1er Trimestre 2002
4ème Trimestre 2001 (1)
1er Trimestre 2001 (1)
PNB
271
303
301
Frais Généraux
-179
-200
-145
Coût du risque
-2
-36
-1
Résultat d'exploitation
90
67
155
Résultat Net pdg
65
29
104
ROEE
43,5%
21,4%
69,5%
  • En dernier lieu, le secteur marchés de capitaux et trésorerie, qui regroupe l'ensemble des activités de support des métiers commerciaux de Dexia, a connu un excellent 1er trimestre 2002 avec des revenus en hausse de 27% par rapport à ceux du 4ème trimestre 2001. Chacun des segments a progressé et contribué à cette hausse, et plus particulièrement les activités de marché monétaire, qui ont réalisé un excellent trimestre dans une conjoncture des taux d'intérêts favorable à cette activité, à l'inverse de ce qui s'est produit dans le deuxième métier du groupe. Au cours du trimestre, le groupe a procédé à des émissions à long terme à hauteur de EUR 6,6 milliards, dont plus de la moitié sont notées AAA.
EUR millions
1er Trimestre 2002
4ème Trimestre 2001 (1)
1er Trimestre 2001 (1)
PNB
164
129
89
Frais Généraux
-46
-49
-30
Coût du risque
3
-22
1
Résultat d'exploitation
121
58
60
Résultat Net pdg
106
32
45
ROEE
37,1%
10,3%
19,8%

Les résultats du 1er trimestre 2002 s'inscrivent dans la ligne de l'objectif de Dexia de poursuivre la croissance de son bénéfice par action en 2002.